Festival Phémina à Fontainebleau.

Festival Phémina à Fontainebleau :
L’ÉVÈNEMENT QUI RAYONNE !

Festival Phémina à Fontainebleau.

A Fontainebleau, le festival Phémina a trouvé un écrin à sa taille, pour sublimer le travail des artistes.

Photos :
P. Songeux

Pour sa 4e édition, le Festival photo « Phémina » s’est installé pour la première fois à Fontainebleau et durera jusqu’au 18 octobre 2020, dans trois espaces bellifontains.
Inauguré en présence de membres de la municipalité de Fontainebleau,  Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau, Judith Reynaud, adjointe à la culture et le collectif « Croisons nos regards » organisateur de l’évènement se sont félicités de cette nouvelle collaboration.

Organisateurs, photographes et élus lors de Phémina 2020

Inauguration du Festival Phémina 2020 à la médiathèque de Fontainebleau.

C’est un festival de photographies d'art qui regroupe une trentaine de photographes de talent dont les deux invités d'honneur sont Isabelle Chapuis et Niko Photographisme.
L’objectif est de mettre en lumière les nombreuses femmes photographes de talent et l’incroyable diversité de la femme en tant que sujet photographique.
Cette exposition constitue un événement artistique et culturel original qui révèle l'étendue et la diversité d'une production photographique particulière : celle des femmes photographes et des femmes photographiées.
Deux pôles principaux d’exposition avec la Médiathèque municipale de la Charité Royale et la salle des fêtes du  Théâtre municipal à Fontainebleau, plus l’hôtel Mercure.
Ce festival Phémina est organisé depuis 2017 par le collectif « Croisons nos regards » qui a aussi à cœur de promouvoir le travail d’autres artistes et de développer des événements culturels majeurs dans le sud Ile-de-France.

Fabrice Milochau (organisateur avec le collectif « Croisons nos regards » :
« Nous sommes accueilli pour la première année à Fontainebleau pour la quatrième édition de Phémina, c’est pour nous une progression tout à fait appréciable. On va gagner un petit peu en visibilité et puis nous avons des lieux d’expédition qui sont à la limite du prestige, avec la salle des fêtes du théâtre qui est magnifique et l’atelier de la médiathèque, sans oublier l’hôtel Mercure. C’était aussi une suite logique de venir à Fontainebleau car le collectif « Croisons nos regards » qui organise le festival est déjà bellifontain à la base, c’est un peu un retour aux sources. J’espère qu’on est parti pour une longue collaboration avec la ville.
35 exposants répartis sur les trois pôles d’exposition, qui nous viennent de la France entière, il y a très peu de gens de la région, nous avons même deux exposants internationaux, une polonaise et une égyptienne. Juste pour signaler du fait que le bouche à oreille et le rayonnement du festival commence à bien fonctionner même en dehors des frontières, pour nous c’est bien. C’est un bénéfice commun à la fois pour la ville qui est contente d’accueillir Phémina et puis pour nous, pour une meilleure visibilité.
Comme chaque année, deux invités d’honneur, parce ce que le positionnement du festival c’est femme photographe et femme photographiée. Femme photographe qui peut à priori présenter n’importe quel sujet photographique, et sous l’étiquette femme photographiée, on retrouve des hommes et des femmes, qui doivent mettre la femme à l’honneur. C’est pour ça, que cette parité entre femmes et hommes au sein du festival qui a un peu une étiquette féministe, est importante pour nous, car on ne veut pas séparer les genres, du coup on le représente au niveau des invités d’honneur. Isabelle Chapuis pour les femmes et Nicolas Bigot « Niko » pour les hommes. Tous les deux ont des styles très différents, Isabelle qui est une photographe de mode au sens large qui a des photos très élaborées en terme de maquillage, de coiffure, de décor, etc., que l’on retrouve à la salle des fêtes du théâtre, et Niko qui part dans des délires un peu plus personnel, avec son talent d’infographiste il arrive à recréer comme on peut le voir au cinéma, presque des images de synthèse mais parfaitement réalistes, avec une série sur les robots notamment, des femmes qui sont en lévitation sur les plages, des choses très intéressantes, qui sont exposées à la médiathèque. »

Festival Phémina consacré à la place des femmes dans la photographie
jusqu’au 18 octobre 2020 à Fontainebleau.
Lieux d'expositions :
-  La salle des fêtes du Théâtre municipal, 9 rue Denecourt.
- Atelier de la nouvelle Médiathèque municipale, 15 rue Royale.
- Hôtel Mercure, 41 rue Royale.
Entrée gratuite
Nocturne samedi17 octobre (22h)

Le collectif « Croisons nos regards » est né d'une rencontre entre différents photographes. Ensemble, ils ont décidé d'unir leurs sensibilités et leurs ressources pour créer le premier groupe de photographes-artistes de la région bellifontaine. Leur objectif est de présenter des regards photographiques croisés sur un thème commun, où la vision de chaque photographe apporte une sensibilité particulière. Ils souhaitent également ranimer avec modestie la flamme des courants et des groupes artistiques qui ont fait le prestige de la région. L’histoire de l’art inscrit tout le sud Seine et Marne dans une tradition d’innovation et de créativité picturale à laquelle ils tentent d’être fidèles. A terme, le collectif s'ouvrira à d'autres arts, et accueillera peintres, écrivains ou plasticiens...
www.croisonsnosregards.fr

Niko et Isabelle Chapuis, invités d'honneur de Phémina 2020
Isabelle Chapuis, invitée d'honneur
Isabelle Chapuis, invitée d'honneur
Niko, invité d'honneur
Niko
Moko Mad'moiselle, prix du coup de coeur 2020
Marie-Pierre Déterlé
Nathalie Guironnet
Aurélien Tranchet
Isabeau de Rouffignac
Candice Cellier
Sladjana Stankovic
Festival Phémina à Fontainebleau : l’évènement rayonne !

Post navigation