Les vendanges de la Confrérie Saint-Vincent de Ville-Saint-Jacques

VILLE-SAINT-JACQUES FAIT SES VENDANGES !

Les vendanges de la Confrérie Saint-Vincent de Ville-Saint-Jacques

Un des moments forts pour la Confrérie Saint-Vincent de Ville-Saint-Jacques avec l'intronisation du nouveau bâtonnier : les vendanges !

Photos : P. Songeux

Jour de fête à Ville-Saint-Jacques, ce samedi 5 octobre à 10h, pour procéder aux vendanges du petit vignoble de la Confrérie Saint-Vincent de Ville-Saint-Jacques, et cela commence toujours par le chant de la Confrérie.

Les vendangeurs de la Confrérie de Saint-Vincent à Ville-Saint-Jacques

En 1996, les membres de cette Confrérie décidèrent de se cotiser pour acheter un terrain pour relancer l’activité viticole à une toute petite échelle, mais essentielle pour faire perdurer la tradition locale et la transmettre concrètement aux futures générations.
Cette journée de vendanges était aussi un prétexte pour se rencontrer et passer un bon moment autour de la vigne, de la cueillette au pressage du raisin.
La Confrérie de Saint-Vincent de Ville-Saint-Jacques, c’est une soixantaine de membres dont un noyau dur d’une quinzaine d’entre eux.
Naturellement, tout a commencé par la cueillette du raisin, les vendangeurs armés de seaux et de sécateurs, ont écumé les rangs de vigne. Puis les raisins recueillis étaient déversés sur une table pour un tri, de façon à éliminer les mauvais grains. Une fois trié, passage à la machine à fouler, puis au pressoir pour voir couler le précieux nectar dans un seau, qui n’est encore que du jus de raisin. Une fois rempli le saut est reversé dans un fût, qui lui-même finira dans une cuve inox dans le local de vinification de la Confrérie en attendant l’étape de fermentation. D’après les premières estimations, on devrait dépasser cette année les 100 litres.
Après l’effort, le réconfort avec le verre de l’amitié et un petit repas entre confrères pour terminer en beauté cette journée de vendanges à Ville-Saint-Jacques.

La confrérie de Saint-Vincent
C'est l'ancienne confrérie des vignerons. Dirigée par un « bâtonnier », elle tient à cœur de fêter chaque année son saint patron, Saint-Vincent, le 22 janvier (ou le samedi suivant).
Les origines de la Confrérie de Saint-Vincent de Ville-Saint-Jacques sont très lointaines. Les musicologues s’accordent à dire que le cantique à Saint-Vincent date du moyen-âge. Il a été transmis par tradition orale jusqu’à ce jour de 1982 où le Père Gelineau, alors curé de la paroisse en a noté la musique et recueilli les paroles.
Jadis, tous les garçons du village étaient inscrits à la Confrérie dès leur naissance. Ils devenaient « Batonnier de la Confrérie » pendant un an à tour de rôle, vers l’âge de 40-50 ans.
Depuis la Confrérie a été organisée en Association sans but lucratif. Elle regroupe tous les hommes jeunes ou vieux qui aiment la vie associative, le vin et la vie tout court, qu’ils aient des racines profondes ou non à Ville-Saint-Jacques.

La vigne de la Confrérie de la Saint-Vincent
La confrérie a acheté un terrain pour le vignoble en 1996, après nettoyage du terrain, la plantation de la vigne a été effectuée en avril 1997. Les premiers « grapillons » sont apparus en septembre 1997.

Les principales activités de la Confrérie de Saint Vincent :
- Fête de St Vincent, le samedi entre le 22 et le 29 janvier.
- Vendanges, fin septembre ou début octobre.
- Soirée du Beaujolais nouveau, fin novembre.
- Activités viti-vinicoles festives dans le courant de l'année. (Taille et entretien de la vigne, vendanges, mise en bouteilles, …)

Guy Richetin, Président de la Confrérie de la Saint-Vincent de Ville-Saint-Jacques :
« Aujourd’hui c’est les vendanges (vin blanc Chardonnay), c’est l’un des évènements de l’année pour nous, avec l’intronisation du nouveau bâtonnier de la Saint-Vincent qui aura le 25 janvier 2020.
C’est un moment convivial, nous allons vendanger, étaler le raisin sur une table pour enlever les grains abimés et les grains secs, un premier passage dans la machine à fouler, puis le contenu passera au pressoir. Le jus recueilli, passera d’un saut à un premier fût avant d’être transporter dans notre petit local pour être transvasé dans une cuve inox.
Ce jus sera décanté lundi matin, nous ferons le pied de cuve pour lancer la fermentation. Ça devrait durer deux petites semaines, puis ensuite on viendra tous les jours pour mesurer et suivre la courbe, et quand ça arrivera à 1090-91 de densité, la fermentation est terminée. On le laisse dans la cuve pour ce que le vin se décante encore.
Le résultat est variable, mais on a tendance à s’améliorer, bien qu’il y ait des années un peu difficile, vinifier des petites quantités n’est pas chose facile.
Le jour de l’intronisation du nouveau bâtonnier, nous en buvons à l’église avec la brioche bénie, puis le soir au banquet, et le reste des bouteilles est partagé avec les confrères.

De la cueillette du raisin au pressage...
Le Président de la Confrérie à la tâche
Cueillette du raisin
Une étape importante, le tri pour oter les mauvais grains
Tri et mesure du degré d'alcool
Après le tri, direction la machine à fouler
La machine à fouler
De la machine à fouler au pressoir
Le pressoir de la Confrérie
Le pressoir donne son jus.
Mise du jus en fut, avant l'étape de la mise en cuve.
Ville-Saint-Jacques fait ses vendanges

Post navigation