MurMures : Apurimac, film d'Hugo Clouzeau

MurMures à Moret Loing et Orvanne :
APURIMAC, LE FILM DE HUGO CLOUZEAU EN MUSIQUE LIVE

MurMures : Apurimac, film d'Hugo Clouzeau

Pour ce cinquième MurMures, Virginie Prokopowicz a invité Hugo Clouzeau pour son film Apurimac.

Photos :
P. Songeux

Ce cinquième MurMures, savoureux mélange de voyage, de sport extrême et de musique nous a transporté dans des territoires lointains, oubliés par l’Homme sur les eaux de l’Amazone le Rio Apurimac.
Film signé Hugo Clouzeau et musique de Gilles Lamberton, qui a accompagné en live tout le long la projection des films.  C’était une invitation à partager l’aventure de ce groupe passionné de kayak qui s’est constitué autour d’Hugo Clouzeau. De leurs débuts que l’on a découvert en première partie jusqu’au dernier film Apurimac, tourné et réalisé l’année dernière. Une expédition de 17 jours passés sur les eaux vives de la cordillère des Andes en autonomie totale, avec ses joies, ses peurs, ses siphons et ses galères, mais qui soude à tout jamais ce groupe face au défi. C’était l’occasion de découvrir un tout nouveau point de vue, ces magnifiques paysages péruviens isolés ... du kayak sur la rivière. Ce film ouvre aussi sur les questionnements actuels des jeunes, l’autonomie, le vivre mieux, avec peu et ensemble...

L’Apurimac est disponible en VOD sur internet : https://vimeo.com/ondemand/apurimac

Hugo Clouzeau/ cinéaste

Hugo Clouzeau et son film Apurimac.

Hugo Clouzeau fait des films comme un artisan, en s’investissant dans tous les processus de création et de fabrication. Chaque film est unique.
Monteur de formation, il travaille depuis dix ans pour le documentaire. En parallèle il profite de ses voyages en tant que kayakiste pour réaliser des courts-métrages documentaires autour de ce sport. Riche de ces expériences il n’hésite pas à échanger sa souris et ses écrans par une caméra et réaliser ses propres projets.
En 2014, Il a réalisé son premier 26 minutes pour Equidia Life avec «Voltigeur - Portraits» un documentaire sur la pratique de la voltige Cosaque.  En 2016, avec  «Les Eaux Blanches», son premier documentaire de 52 minutes, il a réalisé un rêve, fusionner sa passion pour la réalisation avec celle pour le kayak et l’aventure. En 2017, Il a collaboré avec Antoine Moineville des Flying Frenchie en co-réalisant et montant les films d’aventure Metrophobia racontant l’ouverture d’un BigWall au Groenland avec une approche en kayak de mer. En 2018 Il est repart i avec ses compagnons kayakistes pour un nouveau voyage sur les sources de l’amazone au Pérou pour la réalisation du film «Apurimac l’appel de la rivière» retraçant leur expédition pendant 17 jours en autonomie sur cette rivière.

 Gilles Lamberton/ musicien-compositeur
Il commence l’étude du piano très jeune, à quatre ans. Multi-instrumentistes,  il sort diplômé du conservatoire de Pantin avec une mention bien. Il est également diplômé du C I M où il a étudié le piano Jazz, la composition et l’orchestration.
Sa musique est tout de suite reconnue pour son aspect « cinématographique », c’est ainsi qu’il compose de nombreuses musiques de scène pour le théâtre, (Jacques et son maître Milan Kundera ; outrage au publique, Peter Hanke ... ) ainsi que la bande son de plusieurs court-métrage. C’est tout naturellement qu’il se consacre ensuite à la création audio-visuelle, musique pour documentaire et fiction, télévision, cinéma et web. (Philippe Solers, L’homme Lumière, Emprunte France 5, trois dimensions, LWA. Les femmes aiment danser : Spectacle audio-visuel live …) Il est également professeur de piano, et se produit régulièrement au sein de l’ensemble de musique contemporaine et improvisée INSCAPE.

Murmures
Les nouveaux rendez-vous de la création contemporaine
Les rendez-vous MurMures, proposés chaque mois depuis octobre 2019, s’inscrivent dans l’action de l’association le Mur, qui a pour vocation de promouvoir la création culturelle contemporaine et sa diffusion  dans le sud de la Seine-et-Marne. L’objectif des Rendez-vous MurMures ? Provoquer des rencontres entre des univers artistiques différents, associant des artistes issus de multiples disciplines couvrant les champs de la création d’aujourd’hui (art, musique, danse, photographie, lecture, vidéo, court-métrage, théâtre, documentaire...) C’est une place laissée à l’imprévu, riche d’expérience pour les artistes comme pour le public. Il s’agit ainsi de questionner la curiosité, de pousser à l’expérimentation, en tissant des liens entre les gens et entre les arts. Ces rencontres se tiendront dans l’espace de création du Mur, dans un contexte intimiste et convivial, favorisant le contact direct avec les artistes pour susciter l’échange. Pousser les portes des rendez-vous Murmures, c’est pénétrer un univers de création pour mieux comprendre le monde d’aujourd’hui !

Prochains rendez-vous
17 avril 2020 : Performance
  low reality+ live music bruitiste/noise nicolas Gaillardon et mogan cornebert
Low Reality est une création expérimentale, picturale et musicale; une immersion dans un univers étrange et hypnotique au travers des dessins mouvants de Nicolas Gaillardon. L’univers bruitiste et absurde glisse lentement jusqu’à s’accorder sur le fl rythmique d’une tension reliant la musique et le dessin. Low Reality développe les liens entre l’art sonore, les musiques actuelles et l’art visuel numérique av.

15 mai 2020 : Performance danse et arts plastiques /Christine Coste et Catherine Ursin.
Matières sonores de Nikola Kapétanovic
La performance Souflles se décompose en cinq tableaux méiose, l’aube, la banalité, libération et spasmes. Inspirés de l’Histoire de l’Art, des mythologies, de l’Histoire ou de la philosophie, ceux-ci sont représentés autour d’une large paroi transparente (330x220 cm), qui devient alternativement toile à peindre, écran ou sculpture. Les deux performeuses jouent avec cette structure qui les sépare, les unit. Elles manipulent la terre liquide ou solide, le fil, la bâches, le textile, le métal pour incarner tour à tour la sculpteure, la peintre, la femme enceinte, la femme tondue, l’embryon, la démiurge, l’animale, la cosette, la bouchère, la dictateure…

Virginie Prokopowicz entourée d'Hugo Clouzeau et de Gilles Lamberton pour la projection d'Apurimac.
Hugo Clouzeau présentant son film Apurimac.
Projection du film d'Hugo Clouzeau "Apurimac" à Moret Loing et Orvanne.
Descente de l'Apurimac en kayak sur 400km sur 17 jours en autonomie.

 

Hugo Clouzeau, réalisateur et kayakiste :
« C’est une aventure qui est née d’un groupe de copains kayakistes rencontrés sur diverses compétitions en France. Petit à petit, nous nous sommes rapprochés et retrouvés autour d’un projet vidéo. Nous avons fait plusieurs voyages ensemble, mais l’expédition en Islande pour les « eaux blanches » a été notre premier documentaire.
Nous avons crée une association et nous rentrons en co-production avec la télévision, qui paye les salaires de cadreurs, monteurs et réalisateurs et nous, avec notre collectif nous finançons l’expédition (billets d’avion et logistique).
Pour l’Apurimac, nous savions que cette descente avait déjà été effectuée, mais les rivières bougent énormément à chaque saison avec les crues, donc quand on avait un doute on débarquait pour repérer la difficulté. Nous avons progressé comme si c’était une première et cela pendant 17 jours. Nous avons toujours gardé une bonne cohésion de groupe malgré les difficultés et la fatigue. C’est sur que la fatigue accentue nos caractères, pas forcément la fatigue physique mais la fatigue psychologique ou mentale, la peur parfois aussi. Le bivouac est très reposant malgré toutes les différentes tâches à effectuer chaque jour, car sur celui-ci on n’était en sécurité. Il est sûr que l’on ne peut pas descendre l’Apurimac avec 15 jours de pratique de Kayak, mais nous ne faisons pas partis non-plus de l’élite mondiale. Les deux derniers jours ont été plus tranquilles  avec un niveau soutenu mais pas dangereux, l’eau va vite donc on n’avance vite, on se fait plaisir en faisant du kayak. Nous avons fait 100km sur ces deux jours, alors que notre plus petite journée a été 9 kilomètres.
Pour ce film, l’idée était de recueillir le maximum de matières, pour pouvoir au montage raconter l’histoire qu’on a vécu le plus fidèlement possible.
Pour la prochaine aventure, nous avons décidé que ce serait aussi intense mais en France, dans l’idée d’arrêter de penser que pour vivre ce genre d’aventure on soit obligé de partir à l’autre bout du monde. Nous avons de très belles rivières en France, c’est notre patrimoine qui est mis en danger par plusieurs choses, donc on aimerait plutôt les défendre.
 »

L’Apurimac est disponible en VOD sur internet : https://vimeo.com/ondemand/apurimac

MurMures : Apurimac, le film de Hugo Clouzeau

Post navigation