Exposition de Sébastien Bayet au Prieuré de Pont-Loup

Exposition Peaces of life à Moret
AVEC LE PEINTRE SEBASTIEN BAYET

Exposition de Sébastien Bayet au Prieuré de Pont-Loup

Une nouvelle exposition au Prieuré de Pont-Loup, avec Sébastien Bayet, organisée par l'association Le Mur, visible jusqu'au 18 juillet 2021

Photos :
P. Songeux

Cette nouvelle exposition organisée par l’association Le Mur, avec le peintre Sébastien Bayet, sera visible jusqu’au 18 juillet 2021, dans le cadre magnifique du Prieuré de Pont-Loup, 10 rue du peintre Sisley à Moret-sur-Loing.
Pour l’inauguration de cet évènement, de nombreux élus étaient présents au côté de Virginie Prokopowicz pour accueillir l’artiste, comme Patrick Septiers, le Président du Conseil départemental de Seine-et-Marne, Dikran Zakeossian, maire de Moret Loing et Orvanne, Olivier Lebeau, adjoint en charge de la culture.

Vernissage de la l'expo de Sébastien Bayet, avec les élus locaux

Sébastien Bayet est un peintre français né en 1969. Obsédé par la matière et les textures, il réalise des œuvres mêlant tissu et peinture à l’huile leur conférant alors cet aspect si saisissant. Après des séries sur les vanités ou sur les ateliers d’artistes, il se tourne vers les toiles de grands maîtres comme Goya, Velasquez ou encore De Vinci. En y incluant du tissu, il recrée des œuvres emblématiques dans un style bien particulier qui suscite une expression violente et perturbante. Aujourd’hui en partie installé à Madagascar, Sébastien Bayet aborde des thèmes plus personnels et intègre à ses œuvres des voiles de pirogues. En 2019, le Puls’Art lui consacre une exposition monographique appelée « L’éloquence des loques » à la collégiale Saint-Pierre-La-Cour au Mans. Ce bâtiment chargé d’histoire entre en résonnance avec les tableaux de l’artiste qui souhaite, avec ses œuvres, manifester les effets du temps qui passe.

Sébastien Bayet et Virginie Prokopowicz au Prieuré de Pont-Loup

Sébastien Bayet et Virginie Prokopowicz

Peaces of life

Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°69

Usées par les embruns et le soleil, les voiles des Vézos – peuple de la mer – ont pris le large avec Sébastien, attiré par la force naturelle de leurs lignes et de leurs couleurs qui se détachent des pirogues sur un fond océan. De ces patchworks improvisés, il prélève la matière, y dessine d’instinct son atelier aisnois en perspectives, rehaussées aux pastels et à la peinture à l’huile. Il est, pour lui, le plus beau lieu du monde, la nostalgie le guettant depuis son l’île. Alors, il plie bagage, en emportant avec lui ses « pans de vie » qu’il assemble, rapièce et retend sur châssis. Leurs accrocs ; leurs taches ; leurs pliures sont autant d’éléments nouveaux avec lesquels il compose et affirme l’épuration de son style, se consacrant désormais à la forme libre, dégagée de toute représentation corporelle figurative. Ses toiles sont ainsi de véritables mises en abyme qui mêlent à son intimité d’artiste la pureté de l’expérience esthétique.
Chloé Macary

Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°39

Sébastien Bayet :
« Je suis artiste peintre depuis 1996, autodidacte, j’ai été géomètre pendant 7 ans avant de pratiquer la peinture. Pendant mon activité de géomètre, à 21 ans, venant d’un milieu rural où l’accès à la culture n’était pas évident, j’ai découvert la bibliothèque de Charleville-Mézières et en particulier le rayon art, avec des livres d’art, des artistes et ce fut une révélation. Tout le rayon a été avalé avec un plaisir fou, moi qui n’était pas forcément à emmagasiner beaucoup de choses, tout à coup c’était facile, c’était évident. Je me suis amusé à faire des copies à la maison, à apprendre, et en 1996, je décidais de tout planter pour ne faire que de la peinture. Au début, ce n’était pas évident, car il a fallu apprendre, se construire, mais quand on n’a pas encore trente tout est encore possible. Comme je n’ai pas fait les Beaux-arts, toujours un peu complexé au début, il fallait commencer partout, le dessin, la peinture hyper réaliste, etc.. Tout s'est fait et fonctionnait bien. Pendant une dizaine d’années, pas grand-chose, j’ai quand même reçu le prix de la jeune peinture en 1998 en Allemagne. Le Ministère de la culture est venu me voir et m’a aidé, avec tout d’abord une exposition dans un musée et des interventions à faire dans les collèges et les lycées, pour des ateliers de pratiques artistiques, donc j’ai beaucoup travaillé y compris dans le milieu carcéral. Tout cela me permettait d’avoir un minima, pour ne pas être obligé de faire un autre job. J’ai eu plusieurs périodes, la peinture figurative, assez hyper réaliste, toujours assez sombre quand même. Et puis, il y a une dizaine d’années, j’ai commencé à travailler avec des tissus, des collages, de la peinture à l’huile. Quelques reproductions de tableaux célèbres dans un premier temps, cela a vraiment démarré comme ça pour moi.
Depuis 4 ans maintenant, je vis en France et à Madagascar, j’ai vu que les pêcheurs Vézos, au sud de l’île, qui faisaient des patchworks de tissus. Des grands tableaux abstraits finalement sans le savoir, juste pour eux un moyen de se déplacer, je me suis dis que c’était extraordinaire. J’ai commencé à en acheter, à échanger avec eux, et à travailler depuis ce temps avec des voiles de pêcheurs. C’est des tissus qui sont déjà usagés, brûlés par le soleil, etc.,  et moi j’adore les utiliser, car ils sont usés, patinés, vieillis, sales, dégradés, gras, donc cela m’intéresse artistiquement parlant. Je ne suis vraiment heureux qu’à l’atelier, j’ai un très bel atelier en France, et tout en étant à Madagascar, tous les tableaux qui sont présentés ici au Prieuré, ont été faits là-bas. Ce sont des tableaux sur la mémoire de mon atelier en France. Quand je suis à Madagascar,  je peins mon atelier en France par nostalgie, parce que le l’aime, le dessin, ce n’est que mon atelier. On retrouve un petit peu mon côté géomètre, avec les profondeurs et les perspectives, les fenêtres…
C’est une chance d’être artiste et de pouvoir en vivre."

Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°71
Sébastien Bayet, Parasol n°3
Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°66
Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°54 et 58
Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°52
Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°21
Sébastien Bayet, Mémoire d'atelier n°19

 

Infos pratiques
Exposition du 4 juin au 18 juillet 2021 Du vendredi au dimanche et jours fériés De 14h à 19h Entrée libre

Lieu
Prieuré de Pont-loup 10 rue du peintre Sisley 77250 Moret-sur-loing

Médiations sur RDV
Visites guidées ou atelier, les vendredis de 14 h à 19h sur rdv.
Atelier gratuit Collage et dessin dimanche 18 juillet de 15h à 17h.

L’ASSOCIATION LE MUR,
espace de création

Depuis 2013, Le Mur organise des événements artistiques et culturels valorisant le processus de création, de production et de diffusion de l’art contemporain dans le souci de favoriser l’accès de tous les publics à l’art. Son action, basée sur la création de projets et la promotion d’artistes, propose une programmation particulière pour le Prieuré de Pont-Loup à Moret sur Loing et l’espace de création du Mur, où les démarches des artistes doivent se lier au patrimoine local, à l’histoire, à l’architecture, autour d’un thème donné. Par convention, la Mairie de Moret_Loinget-Orvanne a confié la programmation artistique du Prieuré de Pont-Loup à l’association Le Mur.

Le prieuré
L’appropriation des lieux par les artistes est le moteur principal de ce projet dédié à la création in situ. L’architecture, l’espace et l’histoire y sont étroitement liés. L’église de Pont Loup est l’unique vestige d’un prieuré bénédictin fondé par l’abbaye de Vézelay au XIIème siècle dans le hameau de Pont Loup. En 1945, la ville de Paris la cède à la ville de Moret sur Loing. De grands travaux de restauration seront mis en œuvre et ce lieu sera destiné à la culture.

L’artiste Sébastien Bayet à Moret avec son expo Peaces of life

Post navigation