La nef du prieuré de Pont-Loup revisité par John Cornu avec Tomber sept fois

JOHN CORNU
L'artiste investit le prieuré de Pont-Loup

La nef du prieuré de Pont-Loup revisité par John Cornu avec Tomber sept fois

Vous avez jusqu'au 13 septembre pour découvrir l'exposition de John Cornu au prieuré de Pont-Loup de Moret.

Photos :
P. Songeux

Virginie Prokopowicz et l’association Le Mur accueille John Cornu  au prieuré de Pont-Loup de Moret-sur-Loing. Cet artiste nous propose « Tomber sept fois » et sa série de quatorze bancs dans la nef. Cette exposition met en vue également deux autres productions plus anciennes de l’artiste : Cut up (Libération) et La Part maudite (Richard Kern). Elle sera visible jusqu’au 13 septembre 2020, du vendredi au dimanche et jours fériés de 14h à 19h.

John Cornu, Tomber sept fois et sa série de quatorze bancs dans la nef du prieuré de Pont-Loup

Tomber sept  fois
Directement indexée sur son contexte de mise en vue, Tomber sept fois propose une série de quatorze « bancs » dans la nef du Prieuré de Pont-Loup. Ces « bancs » ont été réalisés à partir de pierres trouvées dans le lieu, agencées dans des gabions – soient des cages en fils d’acier rigides généralement utilisées pour construire des murs de soutènement ou plus originellement comme système défensif. Aux dimensions de l’artiste, les gabions qui scandent ici l’espace apparaissent, autant, comme de nouvelles pièces de mobilier liturgique formant quatorze stations, que tels des gisants de pierres abstraits, des sculptures sans effigies endormies sous la voûte qui semble s’être abaissée sur le sol. Brutaliste et dépouillée, Tomber sept fois s’inscrit à la suite de plusieurs autres productions de l’artiste qui mettent en jeu un ensemble de forces paradoxales (Comme un gant, Fleury-Mérogis, Millbank, New Order, XXX, etc.). Combinant contexte historique et architectural, art et design, cette intervention métisse des formes et des codes propres à l’art des années 1960-1970 avec différentes bribes de narration et feuilletés de lectures. Elle allie différences et répétitions, prédisposition à la ruine et à la mélancolie, mais aussi une poétique des cycles et la possibilité d’un recommencement ou d’un redressement. À l’instar des jardins secs et énigmatiques caractéristiques des monastères que l’on peut visiter au pays du Soleil-Levant, l’intervention trace les reliefs d’un paysage minéral et silencieux. En lumière naturelle, suspendu au bruit du vent et des sons venus de l’extérieur s’engouffrant dans cette bâtisse ouverte, l’ensemble fait place au temps, tout en proposant un tressage de culture. Le gravier, qui recouvrait jusque-là le sol, se voit rabattu et ratissé pour ménager différentes voies. Le titre Tomber sept fois est emprunté au proverbe japonais « Sept fois à terre, huit fois debout », qui avance l’idée selon laquelle il est toujours possible de se redresser, à la manière des figures de culbuto qui se relèvent spontanément d’elles-mêmes sans intervention ni contrôle extérieur… Une philosophie du non-agir en somme qui prône un « laisser venir » bien à l’encontre du culte de la performance dans laquelle la société actuelle nous entraîne de gré ou de force. L’exposition met en vue également deux autres productions plus anciennes de l’artiste : Cut up (Libération) et La Part maudite (Richard Kern), respectivement de 2009 et 2011, qui font écho, chacune à la manière, à cette idée de gisants. Les œuvres sont accompagnées d’un texte inédit de Jérôme Guitton intitulé Mettre le spectacle hors champ (juin 2020).
Violette Labihé

Infos pratiques
Exposition du 24 juillet au 13 septembre 2020 du vendredi au dimanche et jours fériés de 14h à 19h. Entrée libre.

Lieu
Prieuré de Pont-Loup, 10 rue du peintre Sisley 77250 Moret-sur-loing

Contact/commissariat :
Virginie PROKOPOWICZ 06 08 68 40 30
contact@lemurespacedecreation.com
www.lemurespacedecreation.com
Gabriel Omnès 06 23 41 46 65

 

L’association Le Mur
espace de création
Depuis 2013, Le Mur organise des événements artistiques et culturels valorisant le processus de création, de production et de diffusion de l’art contemporain dans le souci de favoriser l’accès de tous les publics à l’art. Son action, basée sur la création de projets et la promotion d’artistes, propose une programmation particulière pour le Prieuré de Pont-Loup à Moret sur Loing et l’espace de création du Mur, où les démarches des artistes doivent se lier au patrimoine local, à l’histoire, à l’architecture, autour d’un thème donné. Par convention, la Mairie de Moret Loing et Orvanne a confié la programmation artistique du Prieuré de Pont-Loup à l’association Le Mur.

Le prieuré
L’appropriation des lieux par les artistes est le moteur principal de ce projet dédié à la création in situ. L’architecture, l’espace et l’histoire y sont étroitement liés. L’église de Pont Loup est l’unique vestige d’un prieuré bénédictin fondé par l’abbaye de Vézelay au XIIème siècle dans le hameau de Pont Loup. En 1945, la ville de Paris la cède à la ville de Moret sur Loing. De grands travaux de restauration seront mis en œuvre et ce lieu sera destiné à la culture.

 

John Cornu
 Artiste français, John Cornu propose une esthétique héritée du minimalisme et du modernisme tout en convoquant un rapport fort au contexte et une forme de romantisme contemporain. S’intéressant à des thèmes comme la ruine moderne, les logiques de pouvoir ou encore le passage du temps, l’artiste instaure dans ses productions une atmosphère à la fois poétique et sans concession. Né en 1976 à Seclin, John Cornu vit entre Rennes et Paris. Son travail a été présenté au sein d’expositions personnelles et collectives en France : Palais de Tokyo et Maison rouge (Paris), Cneai= (Chatou, Paris), Mains d’oeuvres (Saint-Ouen), Galerie Edouard Manet (Gennevilliers), 40mcube/Hub Hug (Rennes), Le Parvis Centre d’art contemporain (Ibos), Le Bel ordinaire (Pau), CACN–Centre d’art contemporain (Nîmes), Les Trinitaires (Metz), BF15 (Lyon), EAC– Espace de l’Art Concret (Mouans-Sartoux), BBB centre d’art et Abattoirs–Frac Midi-Pyrénées (Toulouse), Musée Beaux-arts de Rennes et de Calais, Biennale de Lyon ; ainsi qu’à l’étranger : Attic et Académie royale des Beaux-Arts (Bruxelles), Les Brasseurs (Liège), Sainsbury Center for Visual Arts (Royaume Uni), CIRCA (Montréal), MACRO–Museo di Arte contemporanea di Roma (Rome), Chambre blanche (Québec), ZQM (Berlin), Nuit Blanche de Montréal.
 www.johncornu.com

Tomber sept fois de John Cornu à Moret
Bancs réalisés à partir de pierres trouvées dans le lieu agencées dans des gabions
Tomber sept fois, le gravier est ratissé pour ménager différentes voies
John Cornu, prieuré de Pont-Loup à Moret
Cut up (Libération), John Cornu.
La Part maudite (Richard Kern), John Cornu
L’artiste John Cornu et son exposition “Tomber sept fois” à Moret

Post navigation