Visite historique de Moret.

LA VISITE GUIDÉE DE MORET-SUR-LOING

Visite historique de Moret.

L'Office du Tourisme de MLO a réuni une trentaine de personnes pour sa visite historique de Moret-sur-Loing, le samedi 11 août.

La visite commence devant la porte de Samois,  avec une trentaine de personnes et notre guide  Marie-Josèphe Brouillard, ancienne enseignante qui continue à transmettre le savoir avec passion. Voici un extrait de cette balade historique…
Pourquoi le nom de porte de Samois ? car à époque de la fortification de Moret par Philippe Auguste, le seul pont qui traversait  la seine et qui reliait  Moret à  Paris, le seul axe royal la route royale passait par le pont de Samois. Cette porte est connue aussi par le nom de porte de Paris.
Moret fut donc fortifiée par Philippe Auguste, roi de 1180 et 1223. La raison de la fortification de Moret, c’est qu’ici nous étions à la limite, le Loing était la frontière naturelle entre le domaine royale de France (limité à l’Ile de France, plus l’Orléanais et un peu du Berry) et en face nous avions le puissant Duc de Bourgogne et le Comte de Champagne. Sous le règne de Philippe Auguste le domaine royal sera triplé. Il était le fils de Louis VII et petit -fils de Louis VI. Ces trois rois laisseront des traces à Moret, Louis VI par le donjon au début du XIIe siècle, Louis VII par la commande de l’Eglise Notre-Dame de la Nativité pour remplacer un édifice roman, pour remercier le ciel de lui avoir donné un fils (Philippe Auguste), et ce dernier par la fortification de Moret avec 1400 mètres de murs, vingt tours et trois portes. La porte de Samois, la porte de Bourgogne et la porte d’Orléans qui partait par l’ouest puis vers le sud. Elle était en très mauvais état, détruite au XIXe siècle, très importante à l’époque car elle était le passage des pèlerins qui descendaient à Saint-Jacques de Compostelle, car Moret était un point de rencontre entre ceux qui venaient de Paris et ceux qui venaient de Provins.

La porte de Samois à Moret.
Gravure de Moret sous Phlippe Auguste.

La rue des Granges
Jusqu’en 1922, il n’y avait que la Grande Rue qui traversait Moret et la rue des Granges. La rue des Granges, propriété de l’Eglise depuis le système féodal, qui engrangeait la dîme (impôt sur les récoltes prélevé par le clergé en nature).

La Galerie de la maison Chabouillé.
Cette galerie provient d’une demeure construite pour Nicolas Chabouillé au XVIe siècle, qui était officier de finance de François 1er. Elle possède trois larges arcades, surmontées d’une galerie fermée, avec une annexe à gauche contenant un escalier, avec l’emblème de François 1er (la salamandre) pour montrer son attachement au souverain. Le propriétaire eut certainement recours aux meilleurs sculpteurs de son temps pour exécuter ce décor aussi riche, entre médaillons encadrant des bustes dans des couronnes de feuillage et autres motifs en vogue à la Renaissance.
Ce bâtiment a été acheté au XIXe siècle par le colonel de Brack et offert à sa maîtresse (l’actrice Mademoiselle Mars) pour être remonté à Paris, cours la Reine en 1823 comme façade d’un hôtel particulier.
Pour finir, après plusieurs propriétaires, la propriété fut vendue à un promoteur immobilier avec pour contrainte de rapporter la façade à Moret. En 1956, la façade Renaissance était de retour à Moret, visible maintenant dans la cour de l’Hôtel de ville.
Des médaillons de François II, Henri II et Diane de Poitiers ont été rajoutés par les restaurateurs du XIXe, alors que ces personnages étaient postérieurs à la façade originelle.

La galerie de la maison Chabouillé.
Façade remontée sur un hôtel particulier cours la Reine à Paris au XIXe.

Le couvent des bénédictines et ses deux secrets :

La Mauresse : un des secrets historiques bien gardés de Moret concerne le mystère des origines de la « religieuse noire », soeur Louise-Marie-Thérèse, appelée  «La Mauresse», qui prend le voile à Moret en 1695. Elle vécut la majeure partie de sa vie au couvent des bénédictines de Moret-sur-Loing, à proximité du château de Fontainebleau où la cour de Louis XIV se rendait entre autres pour la chasse. La cour de Louis XIV manifestait un certain intérêt. Elle était dotée et entretenue par le Trésor royal et visitée régulièrement par de hauts personnages, dont la reine Marie-Thérèse.
A l’époque, déjà, diverses hypothèses circulaient  à son sujet. On la disait fille du couple royal, cachée à cause de sa couleur. On l’assimilait volontiers à l’enfant à la peau toute noire que la reine avait mise au monde en 1664 et qui fut déclarée morte un mois plus tard. Ceux qui admettaient que le père de l’enfant était le roi, avançaient des explications bienveillantes pour justifier sa couleur de peau. Cette particularité était ainsi attribuée à un étouffement pendant l’accouchement, à son penchant pour le chocolat ou encore, à une très vive impression ressentie à la vue d’un petit maure, fort joli et toujours avec la reine.

Le sucre d’orge : en 1638, sous la direction de la mère supérieure Elisabeth Pidoux, cousine de La Fontaine, les bénédictines créent la recette. Elles découvrent le secret qui les rend aussitôt célèbres : Le sucre d’orge est une confiserie sous forme de berlingots de couleur ambrée ou de bâtonnets translucides, en sucre dur coloré.

L’église Notre-Dame, un joyau de style gothique.
Sa construction débute à la fin du XIIe siècle sous le règne de Louis VII, à l’emplacement d’un monument roman et se poursuit jusqu’au XVIe siècle. L’évolution architecturale des baies gothiques y est visible, des fenêtres étroites, jusqu’aux rondes (oculi), du gothique rayonnant au flamboyant.

Eglise Notre-dame de Moret.
Gargouille de l'Eglise Notre-Dame de Moret.
Intérieur de l'Eglise Notre-Dame de Moret.
Orgue de l'Eglise Notre-Dame de Moret.

 

Mais il y a d’autres curiosités à découvrir lors de cette visite, la maison Recollet, la chambre où a séjourné Napoléon à son retour de l’île d’Elbe, le donjon, la maison du peintre Sisley, la poterne et le pont, etc..

Ne ratez la prochaine visite : sur les pas de Sisley le 25 août.

Marie Striebel, directrice de l’Office du Tourisme MLO.

Marie Striebel, directrice de l’Office du Tourisme MLO
« Nous avons remis en place des visites guidées pour les individuels deux samedis par mois d’avril à fin septembre sur différentes thématiques. Une visite historique de la ville, une visite sur le sucre d’orge qui s’appelle parcours du sucre d’orge, une visite sur Sisley et la visite du musée du vélo. Nous espérons pouvoir reconduire l’année prochaine et peut-être augmenter et proposer d’autres thèmatiques en dehors de la ville de Moret, peut-être également Saint-Mammès, Flagy, etc.. ».

Visite historique de Moret

Post navigation