Andrée Grammatico de l'espace Regards accueille Marjorie Méa.

MARJORIE MÉA EXPOSE À L'ESPACE REGARDS DE MORET

Andrée Grammatico de l'espace Regards accueille Marjorie Méa.

Marjorie Méa sera présente avec son exposition Kathedra à l'espace Regards jusqu'au 5 mai 2019.

Photos :
P. Songeux

L'exposition Kathedra de Marjorie Méa sera visible jusqu'au 5 mai 2019, les
13-14, 27-28 avril, 4-5 mai de 14h à 19h et sur rendez-vous.
Marjorie Méa vit en Creuse au cœur de la Vallée des Peintres entre Berry et Limousin.
Sa relation au paysage fonde son travail – dans la nature, elle glane : des motifs, des sensations sonores, des couleurs, des odeurs, des gestes et des propositions de réponses à ses questionnements liés à la mémoire et au corps qu’elle restitue en gestes dessinés.
Kathedra emmêle images photographiques de chaises prélevées dans le paysage et dessins et se veut une invitation de l’artiste à se poser la question de ce qui ancre les hommes à la nature. Les pieds de la chaise - sédentarité domestiquée? Le mouvement et la capacité du chemin, de l’accueil ?

kathedra du grec θ , désigne un siège.
L’Homme est doté d’une verticalité unique, pourtant la posture assise gagne du terrain, s’asseoir est devenu une quête, nous vivons sur des chaises, le corps domestiqué par deux angles droits.
Depuis sa chaise, l’homme assis dicte ses pensées cultivées hors sol à l’homme qui n’a pas le loisir de s’asseoir.
Il n’est pas rare de rencontrer des lieux du s’asseoir dans le paysage. Des bancs à points de vue à la chaise dans les potagers... Le design de l’homme assis s’étend dans la nature.

"Je glane, je geste "
Errance minutieuse dans la nature, le travail de Marjorie Méa est intimement lié à des finesses du paysage, des failles, des gouttes de rosée ou simplement des traces laissées par des tiges arrachées sur un mur...
L’exposition présente aussi la série Paysages organiques (cartographie, faille, rosée paysage), des dessins réalisés avec des encres végétales (vergerette du Canada, baies de sureau).
Actuellement elle est à l’origine avec Maud Lucien de la création d’un café culturel associatif à Dun Le Palestel, LA PERCEPTION – lieu porté par l’association l’ INSU.

L’œil, comme point de départ
Je pose un regard en mouvement dans l’espace réel (constitué de nature, de personnes, …) qui devient paysage. Au rythme de l’échelle de mes pas et de mon souffle, je chemine et ma vue s’associe à mes autres sens/orifices et organes récepteurs.
La glane, comme matériaux
J’utilise la photographie pour garder trace de la «glane» de mes émotions. Dans le même esprit, je prélève de la matière au paysage pour la ramener dans mon atelier. Les éléments glanés sont ensuite répertoriés, classés, mis en mots lorsque c’est possible.
Le dessiné, pour avancer
Au moment de mon incapacité à traduire en mots, intervient le geste sur le papier. C’est mon corps alors qui agit comme un filtre, je ne sais que ce que j’éprouve et le restitue comme tel par le dessiné.
Le dessiné est un trajet incluant le temps, mêlant le dialogue entre geste accident (eau/encre) et geste réfléchi. Il ne sait pas être UN, il est sériel, comporte une notion d’ordre (chemin). La monstration peut faire l’objet d’une installation pouvant intégrer les traces de la «glane».

Site internet de Marjorie Méa :
marjoriemea.com

Exposition visible jusqu'au 5 mai 2019, les 13-14, 27-28 avril, 4-5 mai de 14h à 19h et sur rendez-vous.

Espace Regards
12 rue du Donjon 77250 Moret Loing et Orvanne
06 25 62 12 64 / 01 60 70 98 47

Kathedra, 2018, encre, graphite, aquarelle et collage sur papier.
Marjorie Méa, Sedere 2017.
Marjorie Méa, La faille.
Marjorie Méa, Cartographie, 2017, encre, graphite, aquarelle sur papier Le Moulin du Got.
Cartographie, 2017, encre, graphite, aquarelle sur papier Le Moulin du Got.
Sedere, 2018, encre, graphite, aquarelle et collage sur papier.
Parfois, la rosée paysage, encre, graphite et aquarelle sur papier Le Moulin du Got.
Kathedra, l’exposition de Marjorie Méa à l’espace Regards de Moret

Post navigation