GUODONG QIN EXPOSE À MORET, LES 13 et 14 OCTOBRE

Eglise de Moret par GUODONG QIN

Guodong Qin expose à Moret, à la Résidence d'Artistes Internationale École Centrale, les 13 et 14 octobre de 10h à 20h.

Né dans le Hunan en Chine, la terre d’exil de Qu Yuan un grand Fondateur de la littérature chinoise au IIIème siècle avant notre ère, M. Qin démarre sa carrière dans une entreprise de transport.
Il s’intéressa dès cette époque à la littérature et publia un recueil de chants d’amour des autochtones de sa région. Puis il changea rapidement de métier pour se consacrer à la calligraphie, à l’art et à la littérature.
Autodidacte, M. Qin perfectionna ses compétences artistiques dans les années 1990 à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts et à l’Ecole Normale du Hunan. Il découvrait alors l’art occidental et affichait un intérêt particulier pour Van Gogh dont le style pictural lui rappelle l’esprit artistique oriental.
Vers 2000, il s’initia à l’archéologie et participa pendant une dizaine d’années à plusieurs fouilles de sites des dynasties des Qin et des Ming avec ses talents de peintre et de dessinateur.
M. Qin n’a jamais délaissé sa passion littéraire. Depuis les années 90, une trentaine de livres ont été rédigés et non publiés à ce jour.
Une anthologie poétique avec plus de 500 poèmes a été éditée en 2016.
Il s’est installé à Moret-sur-Loing en 2017 pour s’inspirer de l’art impressionniste français dans la recherche d’un rapprochement entre les arts français et chinois.

MICHEL KING, Président de La Société Nationale Des Beaux Arts :
« Monsieur QIN Guodong fut l’hôte de la ville de Moret sur Loing, l’un des lieux privilégiés des peintres de plein air et en particulier celui des impressionnistes. Alfred Sisley en fit sa résidence et fixa sur toiles ses sites. Monsieur QIN a suivi les «chemins découvertes» de Sisley en se pénétrant de son souvenir sans en être prisonnier. La peinture traditionnelle chinoise a élu exclusivement, l’encre diluée dans l’eau sur soie ou papier. Ce procédé fut inventé il y a 2000 ans, par le pays du milieu. La peinture à l’huile sur toile de lin, apparait en Europe à la Renaissance.
Vers 1930 adoptant le Montparnasse parisien international, les peintres Chinois découvrent et utilisent cette technique à l’huile. A cette même époque ces artistes exposent à la Société Nationale des Beaux Arts tels CHANG Shuhong qui a créé la première Association des Artistes Chinois en France et PAN Yuliang exposée au Musée Cernuschi dernièrement.
Monsieur QIN, sans oublier les célèbres devanciers de sa grande civilisation, utilise aujourd’hui, le procédé occidental celui des impressionnistes et révèle la lumière des cieux d’Ile de France. Les touches de peinture nées des brosses de Monsieur QIN sont posées côte à côte et dessinent le sujet.
Il y a un dynamisme dans les gestes agiles de son pinceau qui expriment une intense émotion. Me tromperais-je en affirmant que Monsieur QIN, admire Van Gogh ? Sur son champ de blé ses coups de brosse courent vers un horizon tourmenté. Elles tendent vers l’expressionniste de Vincent.
Monsieur QIN accomplit avec talent l’actuelle alliance de nos deux grandes histoires picturales. Il célèbre les noces de l’eau et de l’huile, du pinceau et de la brosse, du papier et de la toile de lin. »

 

M. Guodong Qin :
« La peinture de sensation et de réflexion provient d’une pensée culturelle riche, d’un esprit artistique profond et d’une inspiration créative. Elle est composée d’une approche spirituelle et d’une réflexion intellectuelle.
Fondée sur la liberté d’esprit de l’art chinois et l’impressionnisme de l’art français, la peinture de sensation et de réflexion lie la raison à l’âme, et insère la pensée artistique dans une grande variété de domaines.
D’un point de vue artistique, et dans sa façon expressive très particulière, la peinture de sensation et de réflexion nous aide à acquérir des connaissances et une représentation avancée de la nature et de la civilisation.
La Beauté du Monde engendre l’enthousiasme dans ma pensée de l’art. Grâce à cette passion, la création artistique est en constante évolution. J’ai acquis de nouvelles connaissances sur l’appréhension de l’interprétation de la lumière et de la couleur; j’ai eu de nouvelles idées sur l’Art et la pensée, et ai développé la figure instantanée, de la forme jusqu’à la figure, en ajoutant la pensée. Enfin, je transforme la figure de la pensée en représentation picturale.
Ainsi, est née la peinture de sensation et de réflexion. »

Guodong Qin expose à Moret les 13-14 octobre

Post navigation